A la une

Louis poursuit sa route vers le Portugal, ou l’Espagne… Il ne peut en effet pas aller où il veut avec son gréement fragilisé. Son mât n’étant tenu que par des drisses (cordages utilisés pour hisser les voiles) il doit minimiser les tensions en naviguant vent arrière.

 

Les conditions météo sont encore fortes dans le sud du golfe de Gascogne (25 – 30 nœuds) et, à l’approche des côtes, et surtout du cap Finisterre, la mer est particulièrement dure. La houle et les vagues du large viennent en effet heurter le plateau continental qui prolonge la pointe espagnole et génèrent une mer hachée et croisée.

 

Louis a tenté de faire route directement au sud pour passer au large de cette « marmite », mais les conditions météo en ont décidé autrement. Il va passer au nord du DST (zone réservée au trafic maritime) situé à la pointe espagnole et tenter de plonger sud ensuite, près des côtes, pour rallier un port portugais : Baiona ou Vigo.

 

Pendant ce temps, à terre, Marc Lefebvre, responsable du chantier V1D2 et Xavier Briault préparateur technique de Louis n’ont pas chômé. Avant la fin de matinée hier, un étai (réalisé sur mesure pour le Class40 Carac) était déjà en cours de fabrication et la pièce à remplacer était commandée.

Tout sera prêt en fin de journée, ce jeudi. Dès réception, à Lorient, de ce câble et de cette « galette » Xavier, accompagné d’Alexis Loison, skipper de talent (notamment sur le circuit Figaro Bénéteau), co-skipper du Class40 Carac sur la Transat Jacques Vabre l’an dernier et, surtout, ami de longue date de Louis, prendront la route.

 

Une quinzaine d’heure plus tard, ils seront là où Louis aura pu s’amarrer pour attaquer immédiatement les réparations.

Le Class40 Carac et son déterminé skipper devraient à nouveau être en course samedi !