A la une

Louis trace à 12 nœuds, sur la route directe vers les Antilles. Les conditions dantesques rencontrées ces dernières heures sont dans son sillage. « J’ai pu dormir un peu la nuit dernière… »

 

Après le rodéo, la glisse est donc enfin au rendez-vous : « la mer était incroyablement dure ! C’était très violent. Mais le bateau, la structure n’ont pas bougé, c’est très impressionnant. »

Le skipper Carac va pouvoir profiter enfin de belles conditions de navigation et ce positionnement si rudement acquis sur la route la plus directe vers les Antilles, lui a permis de reprendre 8 places !

 

Ces belles conditions de navigation ne vont en revanche pas durer. Dans les heures à venir, le skipper Carac va devoir traverser une zone sans vent avant de pouvoir bénéficier enfin du régime des alizés.